31/01/2008

La Campagne électorale des Municipales à AUBIERE et les Cantonales sur le canton d'AUBIERE mobilisent pour le moment une grande part de mon énergie

C'est la raison pour laquelle vous ne voyez pas beaucoup de nouvelles contributions sur ce blog.
Aussi je vous fais profiter de quelques unes des interventions médiatiques dans cette campagne.
Tout d'abord un petit bout de vidéo de présentation du candidat :

video

Et pour en savoir plus sur le "Printemps d'AUBIERE", la liste des municipales à AUBIERE sur laquelle je suis en 8ème position cliquer donc ici : http://www.leprintempsdaubiere.fr/

Et voici le premier tract pour les cantonales :

De même pour en savoir plus sur la candidate sur le canton d'AUBIERE cliquez donc ici :
http://laurence-mioche.over-blog.com/

24/01/2008

Discours de Jacques FONTAINE le samedi 5 janvier 2008 à KANGARE


devant toute la population rassemblée et les différentes autorités civiles et religieuses.


Aux noms de Danielle et de Pierre COANTIC et en mon nom personnel je remercie toute la population de KANGARE ici rassemblée pour son accueil chaleureux qui une fois de plus nous va droit au cœur.

J’étais parmi vous déjà en janvier 2007 et j’avais eu alors l’occasion d’exprimer ma satisfaction sur les projets du village pour résoudre les problèmes qui le concerne.

Je renouvelle ici publiquement mes félicitations aux hommes et aux femmes de KANGARE qui ont permis ces progrès.

Je pense aux membres du Comité de jumelage, bien sûr, mais aussi à bien d’autres personnes acteurs de l’évolution de KANGARE et à toutes celles et tous ceux qui pensent que – si on se couche, on est mort – et donc qui se sont levés pour faire avancer la communauté.

Mais je pense aussi à SOULEYMANE KANE notre traducteur et à Zakaria GANSONRE ainsi qu’à l’association KAAB NOOGO des enfants de KANGARE qui travaillent à OUAGA.

Sans eux, la relation entre notre groupe LACIM CLERMONT-FERRAND et KANGARE n’aurait pas duré très longtemps.

En effet nous les avons perçus comme les véritables moteurs de cet auto-développement que nous attendons du village.

Nous débutons notre séjour de 4 jours à KANGARE et nous sommes encore loin de pouvoir établir des conclusions sur ce que nous avons ou allons observer ici.

Nous avons cependant déjà été très impressionnés par la dynamique nouvelle que le projet de maraîchage a suscitée.

Grâce à l’appui du Chef, sa Majesté Naaba Tanga, Joseph OUADRAOGO, un terrain a été trouvé.

Merci aussi au propriétaire de ce terrain, que je n’ai pas encore l’honneur de connaître, pour son accord apporté à cette remarquable réalisation.

Merci aux femmes qui se sont constituées en groupement pour exploiter cet espace et qui ont déjà commencé par une formation avec Monsieur TAO de la Fédération Nationale des Groupements NAAM de SEGUENEGA.

Merci aux hommes du village qui ont creusé les puits et posé la clôture et pris en charge la mise en ouvre du projet.

Je salue aussi la nouvelle équipe en charge de l’Ecole et en particulier son nouveau Directeur, Serge DAMIBA avec lequel nous avons commencé à discuter des problèmes de l’Ecole.

Il nous a déjà persuadé d’un manque de classe en dur par rapport au nombre d’élèves fréquentant les CP1 et QP2.

Nous devons avec lui parler aussi des problèmes de l’absence de cantine et de bien d’autres aspects de l’Ecole.

Nous avons lors de notre passage à ROLLO, rencontré votre Maire, Monsieur Issa OUERNI, avec lequel nous avons eu une longue et fructueuse conversation.

Monsieur le Maire nous est apparu comme un homme remarquable, un véritable sage, très engagé pour le développement de la commune et très au fait des problèmes de KANGARE.

Il nous a informés de sa priorité pour la réalisation de la piste ROLLO – KANGARE.

Nous pouvons vous dire que vous avez de la chance d’avoir un Maire aussi remarquable.

Je pourrais encore évoquer bien des démarches que nous avons faites avec SOULEYMANE et ZAKARIA avant d’arriver ici, mais je réserve cela au Comité de Jumelage que nous allons rencontrer à nouveau ce soir et lundi soir.

Je préfère, après avoir exprimé ma satisfaction sur l’évolution très positive de KANGARE, aborder les problèmes qui fâchent ou qui ne marchent pas.

Nous sommes obligés de faire remarquer à la population de KANGARE son manque d’intérêt pour les questions d’hygiène.

Or l’hygiène constitue un élément fondamental de la santé, la santé des bébés et des enfants, la santé des femmes qui accouchent et la santé de tous.

Nous avons remarqué une situation déplorable en termes d’hygiène, que ce soit à l’école ou que ce soit au centre de santé (CSPS).

Nous ne cherchons pas à faire reposer la responsabilité sur telle ou telle personne.

C’est un problème collectif. Vous avez l’hygiène que vous méritez en fonction de votre intérêt porté à ce sujet.

Aussi notre Groupe LACIM – CLERMONT-FERRAND qui a depuis maintenant 15 ans toujours cherché à vous soutenir dans vos efforts pour le développement, ne saurait poursuivre son soutien si la population de KANGARE, avec le concours du Comité de Jumelage et celui du Comité de Gestion du Centre de Santé, ne cherche pas à remédier à ces problèmes d’hygiène.

J’ai ici parlé pour le CSPS, mais il en est de même pour l’hygiène à l’Ecole : la propreté des enfants, la propreté des latrines, etc.…

Donc, voilà, ceci est un avertissement, si vous souhaitez encore nous voir dans les années à venir, nous, nous mettons une condition, vous devez prendre en charge ce problème d’hygiène.

Il est inadmissible de laisser perdurer les conditions dans lesquelles les femmes accouchent par exemple.

Je conclurai donc en disant notre grand espoir de pouvoir revenir ici à KANGARE, car malgré ces remarques, nous avons énormément d’affection pour vous tous et vous nous le rendez bien.

21/01/2008

Retour à PARIS sans problèmes

Rien à signaler sur le vol de retour. A peine une heure de retard à l'arrivée à Charles de Gaules.
Une petite escale à Marseille afin de s'acclimater à la température hivernale de nos latitudes.
Mais il faut dire qu'à NIAMEY ce matin on avait à peine 17° C.
Nous laissons derrière nous cette AFRIQUE que nous chérissons mais qui en même temps nous inquiète beaucoup.
La situation à NIAMEY semble tendue du fait des événements d'AGADES qui ne semblent pas s'apaiser et du fait du contexte près électoral (l'élection présidentielle est pour 2009 en principe).
On commence à sentir les tensions qui ne manqueront pas de s'exacerber au fil du temps entre le pouvoir en place et ceux qui voudraient le prendre ce pouvoir.
Il y a aussi l'augmentation importante des prix des produits alimentaires et de toute sorte de produits (essence, gaz....) qui risque de créer un large mécontentement.
Espérons que l'esprit paisible l'emportera et que ces tensions ne viendront pas aggraver encore l'état de grande pauvreté de ce pays.

20/01/2008

Fin de vacances au Niger

Notre petit séjour au NIGER se termine.
Visite du parc W (TAPOA) avec safari photo réussi.
Visite aux girafes de Kouré.
Visite à Boubon et Kanassi.
Demain c'est le retour sur PARIS, le stress à gogo...
Mais c'est vrai qu'on en redemande car la décontraction de l'Afrique ne peut remplir nos appétits d'action.
Donc à très bientôt pour des comptes-rendus détaillés et en images. Il va y avoir du boulot.

16/01/2008

Nous voilà enfin à Niamey

Là il faut dire que nous avons vécu quelques aventures.
Sur une information pourtant fiable, et sur mon expérience personnelle de l'année dernière, nous nous sommes présentés au poste de police de la frontière entre le Burkina et le Niger sans visa, pensant pouvoir les faire faire à la frontière. Seulement d'après un nouvel arrêté datant d'une semaine, le poste de police n'établit plus aucun visa à la frontière (cela est vrai également pour l'aéroport, avis aux amateurs!!).
Le chef de poste voulant absolument nous refouler sur OUAGADOUGOU (à 450 km de là, sans moyen de transport sur le moment) nous avons grâce au téléphone portable et à la puce Celtel du Niger que je m'étais procurée avant mon départ (et fort heureusement il y avait du réseau Celtel), pu joindre une relation à Niamey (Eliane, notre amie franco-nigérienne).
Celle-ci a fait jouer ses relations et intervenir le chef de la DST nigérienne.
Donc après quelques temps de "garde à vue" au poste de frontière où nous avons assisté sans rien pouvoir faire au départ de notre bus vers Niamey, nous avons pu être "libérés" et avons été mis dans un autre bus faisant la même liaison OUAGA - NIAMEY.
C'est ce matin que nous sommes allés régulariser notre situation à la DST.
Je dois préciser que nous avons toujours été très bien traités. Et nous pensions alors à la façon dont de nombreux ressortissants étrangers ayant un problème de papiers sur notre territoire, sont traités avec mépris par les forces de police françaises.

Donc maintenant nous abordons la partie vacances de notre périple africain et trouvons que NIAMEY est une véritable oasis que nous apprécions particulièrement après ce que nous venons de vivre au Mali et au Burkina.

13/01/2008

Retour à OUAGA, samedi 12 janvier

De OUFOU à OUAGOU, 330 km dont 240 de piste.
Cela veux dire, avec les arrêts plus la réparation d'une crevaison, 8 heures de route.
A notre arrivée nous apprenions la naissance qui venait de se passer, du deuxième enfant de SOULEYMANE.
C'est un fils, et la maman se porte bien. Nous allons aller lui rendre visite.
Aujourd'hui nous nous reposons. Nous allons rencontrer l'Association Kaab Noogo.
Il a encore fallu faire des discours, mais comme notre travail sur le terrain a été particulièrement productif, cela n'a pas été difficile de rendre compte aux ressortissants de KANGARE, résidant dans la capital de l'avancée de nos travaux.
Bon il faudra que je résume un peu plus longuement tous ce qui c'est passé pour KANGARE mais laissez moi pour le momet un peu respirer et profiter de l'air du temps même si cet air est très pollué à OUAGA (motos chinoises de plus en plus nombreuses et très mal réglée, ou roulant à l'huile de friture!!).
Demain encore boulot car nous avons un compte rendu de notre mission au Burkina à faire à l'Ambassade de France à OUAGA au service de la coopération (SCAC).

Compte Rendu Mission à OUFOU, MALI, Commune de BAYE

CR de ma mission sur OUFOU en compagnie des COANTIC.
1er sujet : L'ECOLE :
Elle tourne avec une 1ere année (17 G + 10 filles = 27) et une 4eme année (16 G + 22 F = 38)
Soit 65 au total.
Il y a un maître stagiaire de l'Etat et une maîtresse communautaire.
L'an prochain s'il y a un autre recrutement, il y aura une 3eme classe avec une nouvelle 1ere année.

Pour l'achat de tables et bancs scolaires, Etienne BELLO, le Maire de BAYE nous a annoncé l'engagement d'une ONG : ODES-MALI de Bamako pour les prendre en charge.
Du coup, LACIM-Champfleury financera le crépissage en 2008 (à condition d'obtenir un prêt relais de LACIM-Croizet).
C'est le seul engagement financier que nous avons vis à vis d'OUFOU pour 2008.

Un projet de construction de 2 logements pour les maîtres est prévu. Ce sont les villageois qui vont réaliser cela avec leur propres moyens même s'ils auraient souhaité qu'on les aide.
Nous avons insisté pour que le confort de ces logements soit nettement supérieur à celui qu'eux-même connaissent, s'il veulent garder des jeunes maîtres venant de la ville plus d'un an!!!

La classe passerelle ouverte l'an dernier a donné d'excellent résultat puisque sur 24 inscrits 22 élèves sont partis au collège de MINTA en 6ème.

En ce qui concerne les fournitures scolaires :

Pour les documents didactiques pour maîtres , ils souhaiteraient obtenir la série de panneaux au format A2 intitulés :
"Le Flamboyant - 1ere année - Hatier, Paris".
Je crois que c'est une série de 20 panneaux qui constitue un support visuel très intéressant pour l'apprentissage du langage.

Prévoir un tuberd'emballage si possible afin qu'ils ne se dégradent pas trop vite.

Ils aimeraient un dictionnaire et un guide du langage pour le maître.

Une boite de peinture "ardoisine" pour tableau noir serait la bien venue.

2ème sujet : Micro -Crédit :
Les femmes alphabétisées (elles réclament une session pour une trentaine de femmes qui n'en ont pas bénéficiée) n'ont pas reçu le fond de 132.000 fcfa que notre groupe à transmis par l'intermédiaire de CROIZET. Comment cela se fait-il ? C'est peut-être normal mais il me semble que l'on avait réglé ce transfert au printemps 2007 !

3ème sujet, les autres projets en suspend :
On a bien sûr reparlé du moulin à grain et je leur ai dis que l'on s'en remettait à Gérard et Niantégui pour donner ou non un accord. Il faudrait faire approfondir le dossier qui ne semble pas très avancé. Toujours pas de meunier formé me semble-t-il ? malgré leur démenti. Mais les caractéristiques du meunier telles qu'eux les voient ne sont pas les mêmes que les nôtres!!!
Quant à la banque de céréales, elle est toujours d'actualité, sans plus. La récolte 2007 a été correcte.
On leur a dit d'approfondir ces 2 projets, s'ils le souhaitent, pour que nous puissions envisager des financements en 2009 et 2010.

4ème sujet, Accès à l'eau dans la commune de BAYE :

D'abord pour OUFOU, j'ai annoncé que l'on s'en occupait et que l'on espérait pouvoir faire procéder aux réparations des 2 pompes sans pouvoir donner un calendrier précis.
De même pour les latrines de l'école.
Le Maire aimerait que l'on réussisse à coordonner les 3 chantiers, Crépissage école, latrines et logements de maîtres pour minimiser les coûts.

Dossier de l'eau plus généralement pour BAYE :

Eau Vive (antenne de SEVARE - Amadou TRAORE) s'intéresse à la commune de BAYE par le biais d'un "programme de bonne gouvernance pour l'accès à l'eau potable et à l'assainissement. Elle vient de procéder à une formation de techniciens en novembre 2007.
Le Directeur d'Eau Vive de BAMAKO, connaissance d'Etienne, à fait savoir qu'il pourrait s'intéresser au forage de MINTA. Il a déjà (sans aucune concertation avec LACIM) fait procéder à une étude géophysique à MINTA, il y a 15 jours.
Il faudra croiser ces 2 études au minimum et aussi les croiser avec les indications d'un autre sourcier qui travaille avec des baguettes et non pas avec un poulet!!!)
Il faudrait le contacter à BAMAKO, il est prêt à signer une convention de partenariat avec LACIM concernant la commune de BAYE (bailleur potentiel).
Il s'appelle Alain Ki ZERBO.
Etienne, le Maire de BAYE, m'a donné une grande quantité de documents intéressants sur le Plan Régional d'Accès à l'Eau Potable - Région de MOPTI, de la Direction de l'Hydraulique. Ils datent de novembre 2003. Un tel document arrive malheureusement un peu tard.
D'autres documents sur les AUEP et cahier des charges pour le transfert de compétences en matière d'hydraulique aux communes.
Il m'a donné aussi une lettre du Directeur Régional de l'Hydraulique et de l'Energie de MOPTI adressée au Président de LACIM. C'est un accord de principe pour la réalisation de notre projet d'hydraulique rurale sur BAYE.

Voilà l'essentiel, nous avons été très bien reçu avec moultes danses des femmes et on a vraiment beaucoup bossé.
Les contacts humains deviennent de plus en plus chaleureux et l'on sent très fort l'attente de ces quelques 500 habitants du village pour que nous les aidions dans leurs projets.


A MINTA, village à côté de OUFOU, les villageois ont arrêté le creusement du puits qu'ils avaient entrepris l'an dernier (à 43m de profondeur)
J'ai eu confirmation qu'il y a eu des blessés (au moins 1 blessé) et des problèmes de respiration au fond du puits.
Ils ont entrepris d'en creuser un autre en un lieu fonction des résultats d'un nouveau sourcier travaillant avec des baguettes.

J'ai découvert, car je l'ignorais, le paradoxe de MINTA. Alors qu'il n'y a aucun accès à l'eau potable à MINTA, cela ne les empêche pas de faire du jardinage et la banque mondiale, par le biais du PCDA de MOPTI leur a financé un goutte à goutte. Réalisation novembre 2007.

09/01/2008

Journée à OUAHIGOUYA.

Nous avions programmé une journée de repos à OUAHIGOUYA avant de prendre la route de BAYE demain matin mais en fait nous n'avons pas arrêté de travailler en profitant de l'opportunité de rencontrer les responsables de la Fédération Nationale des Groupements NAAM dont le siège est à OUAHIGOUYA.
Notre entretien avec le Président du NAAM a été un délice. Grand sage d'environ 80 ans il a une vision et une pédagogie du développement qui nous a particulièrement séduite et le courant est très bien passé.
Nous nous sommes même attaqué au problème de l'excision. Il ne faut pas oublier que la présence d'une femme dans notre équipe de campagne (Danielle COANTIC) détermine quelque peu les sujets de nos investigations et cela est passionnant.
Donc on aura des tonnes de choses à raconter car nos récoltes sont des plus fructueuses.
Pour les photos sur le blog, cela est possible mais il faut y passer trop de temps et je préfère attendre notre semaine de "vacances" au Niger pour faire le nécessaire.
Donc demain 10 janvier 2008 nous prenons la route pour OUFOU, commune de BAYE, Cercle de BANKAS, Région de MOPTI au MALI. NOUS sommes à 180 km de ce lieu.
Nous avons du négocier le changement de 4x4 car celui qui est venu nous chercher à KANGARE pour nous amener à OUAHIGOUYA n'avait pas de frein à pieds, uniquement frein à main!!!
Mais cela n'est qu'un petit détail.
A BAYE nous espérons rencontrer le Maire, Etienne BELLO, qui me téléphone tous les 15 jours pour savoir si je lui ai trouvé, au nom de LACIM, des financements pour creuser des puits et des forages dans sa commune. Aujourd'hui la réponse est oui, mais partiellement.
Sur une demande de 100.000€ SOLEAUVERGNE va accorder 27.000€.
En rentrant en FRANCE il me faudra donc reprendre mon bâton de pèlerin pour aller solliciter des bailleurs de fonds.

08/01/2008

Coucou, me revois là

Après bien des péripéties je viens d'arriver à OUAHIGOUYA où je trouve enfin un cyber café!
Depuis mon arrivée le 1er janvier je n'ai pas arrêté, que ce soit à OUAGA, KONGOUSSI pis au village où j'ai passé 4 jours et 4 nuits.
Vous ne pouvez pas savoir tout ce qu'il y a à faire et à rencontrer pour ider un village du sahel à se développer.
Visite à d'autres ONG pouvant être intéressées par notre action et l'aide au village (PLAN International et SOS Sahel), Inspection académique, Maire de Rollo (Commune à laquelle appartient KANGARE).
A cela il faut ajouter les multiples réunions avec la population du village, le comité de jumelage et autres groupements.
En tout cas l'espace maraîcher est terminé et les femmes s'activent à repiquer les plan de choux, d'oignons, de carottes... qui avaient été préparés dans une pépinière.
Nous avons aussi rencontré le groupement NAAM à SEGUENEGA qui accompagne les femmes pour la formation et le jardinage.
Bon on vous racontera en détail.
Les COANTIC avec lesquels je fais équipe sont en pleine forme et vous adressent leur salut africain.
Pour ma part tout baigne.
Bises à tous